Des travaux à notre maison de campagne - Dave Keesler

Mon blogue

Des travaux à notre maison de campagne

Des travaux à notre maison de campagne - Dave Keesler

De nouvelles boiseries étaient nécessaires dans notre chalet ; je devais les changer pendant les quelques jours de congé que j’avais pris en juin. J’espérais qu’il ne pleuvrait pas trop. J’effectue souvent des petits travaux d’entretien moi-même. J’avoue cependant que je n’ai pas toujours les compétences nécessaires. Dans ce cas, quand je vois mes limites, je fais appel à un artisan. Pour mes portes et mes fenêtres, j’avais pris contact avec un professionnel. Nous devions ensemble déposer les anciens ouvrants et mettre en place les nouveaux. Le menuisier que j’avais sélectionné avait accepté ma participation active à cette entreprise. Je souhaitais acquérir le savoir qui me permettrait de renouveler cette opération.

Nos nouvelles fenêtres et portes étaient en bois, pourvues de triples vitrages. Je les avais acheté dans un magasin de Porte et fenetre St-Andre Avellin. Nous avions trouvé les modèles parfaits qui alliaient le charme de l’ancien avec la technologie actuelle. L’isolation était très importante dans cette maison, d’autant plus que nous ne l’habitions pas quotidiennement. Une bonne aération avait aussi été installée. J’avais pris rendez-vous avec l’artisan pour le lundi matin à huit heures. En attendant, j’avais commencé à enlever les rideaux. Nous les avions mis depuis l'achat de ce chalet, cela fait donc un peu plus de dix ans. Ils étaient jaunis par le soleil d’un côté. Je m’empressais de les transformer en chiffons. J’utilise de vieux morceaux de tissu notamment quand je fais de la mécanique.

Le bruit d’un moteur dans la cour fuit suivi de celui du crissement de pneus sur le gravier. Le menuisier était arrivé. Nous avons travaillé toute la journée. Le soleil nous a accompagnés. Vers le milieu de l’après-midi, je lui proposais de se rafraîchir sous le parasol que j’avais installé. Une table et deux chaises nous attendaient. Nous avons parlé des travaux qu’il réalisait pour le voisinage. Il était vraiment content de partager avec moi son savoir-faire. Je lui expliquais que je voulais construire de mes mains un agrandissement à cette habitation. J’avais l’ambition de monter les murs selon une technique que j’avais apprise pendant un stage. Le montage s’effectue avec des ballots de paille. Ils sont protégés ensuite par un enduit de terre. Des bardages avec des poutres en bois renforceraient l’ensemble. Un étage était prévu. Le chauffage serait indépendant de la partie principale, un modèle de poêle très performant permettait de distribuer la chaleur dans les pièces. Ce fut lui qui me demanda s’il pouvait participer à ce mode de construction qui l’intéressait. C’était vraiment un échange profitable à nous deux.