La face cachée de la colocation parisienne - Dave Keesler

Mon blogue

La face cachée de la colocation parisienne

Ma fille est actuellement en passe de terminer ses études à Paris. Depuis qu’elle a eu son master, j’ai essayé en vain de la convaincre de revenir au Canada. Mais elle était déterminée à aller jusqu’au doctorat. Alors, je lui ai donné ma bénédiction, elle y tient beaucoup. Aujourd’hui, elle est presque devenue une jeune femme parisienne. J’entends beaucoup parler d’elle. Elle a une prestance naturelle et une éloquence qui ne laissent personne indifférent.

L’exploit de réaliser le rêve d’une vie

Contrairement à ce que les ragots racontent, ma fille n’a rien d’une « chérie à papa ». C’est quelqu’un de très ambitieux, qui change très rarement d’avis, car elle sait toujours où se trouvent ses intérêts, et quelle est sa marge de manœuvre. C’est le côté rationnel de ma fille. Mais en même temps, il arrive que ses sentiments prennent le dessus. C’est ce qui se passe justement à Paris. Si elle insiste tellement pour prolonger ses études, c’est en partie parce qu’elle veut rester auprès d’un jeune homme dont elle est follement amoureuse. Ils ne se sont pas vraiment rencontrés par hasard, puisqu’ils ont été colocataires dans le 18ème arrondissement. Mais cette aventure n’allait pas tarder à lui causer des ennuis.

Le mal qui se dresse derrière la tentation

Je me suis renseigné sur ce jeune homme, et il s’avère qu’il a déjà changé de colocataires plus d’une dizaine de fois. Là-bas, le contrat de bail implique que les colocataires se partagent les charges du loyer et des frais de certains travaux. Si jamais l’un quitte le logement avant terme (3 ans), ce sont ses colocataires qui prennent tout en charge. Ma fille est justement tombée dans ce piège. Son amoureux l’a laissée seule avec une double quote-part, des frais d’entretien du bâtiment, sans compter la prime d’assurance-habitation. Je connais assez bien l’entretien des résidences. Mon père a longtemps travaillé pour une entreprise de remplacement toiture sorel-tracy, en particulier, les toits équipés de panneaux photovoltaïques.

La vérité ne change pas forcément tout

À ma grande surprise, son ancien colocataire a eu le culot de revenir la voir, après l’avoir laissé tomber, englouti par des tonnes de factures. Mais ma fille l’aime trop aveuglément pour le repousser. Aujourd’hui, malgré mon désaccord, malgré ce que j’ai trouvé sur lui, elle reste follement amoureuse de ce jeune homme. Je me sens tellement impuissant en sachant que ma fille se fait manipuler ce gars. Ma patience finira peut-être par payer, qui sait…